poème " ELLES " - extrait du roman-témoignages du même nom

02/10/2013 13:29

ELLES

 

Merci, pour tout ce qu'elles m'ont apporté.

Ô toi ma mère pour m'avoir ouvert à la vie

Et être celui que je suis, un homme de respect,

De sensibilité... amoureux de la vie;

 

Puis toi, Léopoldine, avec qui j'ai découvert

Le plaisir d'être frère, confidant et compagnon

Tes larmes avaient mouillées mes épaules de

Tes premiers chagrins , laissant tes joues rosées

D'émotions étouffées pour le sexe opposé.

 

Quand Sandrine parut, elle fut trop vite remplacée

Par une Diva volontaire, féminine et pétillante

Avec qui j'ai savouré les plaisirs de la chair,

De l'osmose des sens éperdus dans un bouhaha

De sons jouissifs... entre deux désirs assouvis.

 

Victoire m'a assagi sous la voute divine d'une

Eglise romane... Nous avons échangé, nos vies

Nos voeux... nos anneaux... le bonheur

A ce goût sucré et envoûtant d'un elixir d'amour.

 

L'enfant est apparu, jacassant et rieur, sirotant

A chaque heure ton sein maternel qui

Lentement m'échappait pour finalement se tarir.

 

J'ai trouvé dans les bras effilés de cette belle

Africaine, le retour des étreientes voraces, pimentées

Par le parfum musqué de sa peau satinée.

 

Je n'en avais jamais assez, elle non plus

Nous avons fait route commune, secrète pendant

Quelques années, jusqu'à ce qu'elle fut rafflée

Un soir de render-vous... repartit sans crier

Gare sur sa terre natale.

 

Justine, Clara, puis Awa, vous fûtes toutes

Mes divines amantes, maîtresses, collaboratrices.

Mais insoumis au plaisir, épris de liberté...

J'ai continué ma route solitaire pour mieux goûter

La vie... aujourd'hui, leurs visages défilent

Tous aussi marquants et émouvants.

 

Tard, trop tard, je prends conscience de leurs

Qualités morales et physiques, de leur intelligence,

De leur féminité... Comment ai-je pu  être

Aussi aveugle... et les quitter, une après une

Sans ciller, sans regret, sans une parole...

 

Assia-Printemps GIBIRILA

 

Merci à Sehne et Markus (professeurs de danse de l'Association AKDC) pour avoir mis en chorégraphie ce poème avec tout professionalisme et générosité.

Merci à Marie-Cécile, Emilienne, Amélie et Florence pour avoir préter leurs voix.

Merci à toutes les personnes qui m'ont permise de sortir ce livre et de leur gracieuse participation. Jacqueline, Cathrine pour la relecture)

Merci à mes lecteurs et à mon Editeur LES PLUMES D'OCRIS de m'aider à faire vivre ce livre